Nerja

A mes yeux, cette ville côtière a pour elle un énorme atout, c’est là que j’ai mangé le meilleur calamars frais et couteaux à la plancha de l’histoire gastronomique mondiale à La Marisqueria La Marina. Et pourtant, j’ai une certaine expérience dans ce domaine.

Un autre atout : quelques belles plages, comme celle de la Burriana.

Mes séjours répétés font que je la connais tellement bien que je vais me permettre de vous faire un cours d’histoire :

Il y avait déjà du monde à Nerja au Paléolitique, sans doute pas des touristes en maillots bain rose, mais de possibles amis de Cro-Magnon, puisque les ossements qu’on a retrouvés récement remontent à cette période. Pendant des siècles - je n’ai pas l’habitude de parler en millénaires - Nerja était un village plutôt tranquille qui ne s’appelait pas Nerja d’ailleurs. Puis les Arabes sont venus visiter la région qu’ils ont dû trouver riche en eau douce puisqu’ils l’appelèrent Narixa - fontaine abondante. Après les catholiques et eux se sont tapé dessus jusqu’en 1487 où les Arabes se sont rendus. Pour marquer le coup, Narixa est devenu Narija puis Nerja.

La Méditerranée à Nerja

La Méditerranée à Nerja

Après ça je passe sur les massacres et autres horreurs générées par le fanatisme religieux, toujours est-il que le village de pêcheur est assez tranquille jusqu’aux années 70 quand débarquent les hordes du nord, assoiffé de soleil, de booze et de mer chaude. Ils entraînent de gros bouleversements, pas tous forcément très positifs, dans le village.